Association Française pour la Simulation
AFSim
Association Française pour la Simulation
AFSim
Accueil | Bibliothèque | Définitions de la simulation
Filtres d'affichage du site
Sélection multiple : CTRL+CLIC
◄◄
►►
avril 2021
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
Compteur de visites
Aujourd'hui50
Hier251
Semaine en cours1573
Mois en cours6661
Année en cours32819
Années précédentes106994
Total139813
Statistiques
Quelques images

Liste de données

Données accessibles
Il y a : 261 données de type definition ; 19 d'initiale I, 50 lignes affichées ou affichables.
Cliquer sur l'initiale des mots à afficher (50 lignes de données) puis choisir le nombre de lignes à afficher.
Pour constituer un glossaire, cocher les case de la colonne G, cliquer sur le bouton MAJ Glossaire puis sur l'icone :
[***] [Simulation] [Militaire] [Données] [Systémique] [Organismes] [Big data] [Entreprise] [Informatique] [ESN] [Métier] [Intelligence artificielle]
| A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z | | 50 | 100 | 200 lignes à afficher
DéfinitionSignificationSecteursBranchesPôlesThèmeG  
IGESInitial Graphics Exchange Specification (IGES) est un format d'exportation de données graphiques; IGES est directement importable dans les logiciels de CAO. Ce type de format d'export présente une universalité assez forte dans le domaine des CAO 3D orientées surfacique et filaire. L'export porte ici sur la définition mathématique de la surface qui conserve ainsi toutes ses propriétés initiales.Simulation
Inférence ou raisonnementOpération de déduction à partir d'informations implicites. Comme la logique, elle est à la base de tout raisonnement. L'inférence permet de créer des liens entre les informations afin d'en tirer une assertion, une conclusion ou une hypothèse. Elle fait appel à un ensemble de règles se basant sur un système de références.Intelligence artificielle
IngénierieL'ingénierie est l'ensemble des fonctions qui mènent de la conception et des études, de l'achat et du contrôle de fabrication des équipements, à la construction et à la mise en service d'une installation technique ou industrielle. Par extension, le terme est aussi souvent utilisé dans d'autres domaines : on parle par exemple d'ingénierie informatique.Simulation
InnovationInnovation is a process which transforms an idea in a service which bring values. C'est changer la réalité des choses (définition à comparer avec créativité).Systémique
InstrumentéeEn américain : Live simulation (définition US de 1994). Se dit d'un simulation ou des systèmes réels sont mis en oeuvre par des opérateurs réels. Les opérateurs ou entraînés utilisent leur système de combat habituel, mais instrumenté, pour simuler l'effet des armes et, éventuellement des senseurs.Simulation
Intelligence ArtificiellePlusieurs définitions peuvent être applicables à l'IA. Elle est définie par l'un de ses créateurs, Marvin Lee Minsky, comme "la construction de programmes informatiques qui s'adonnent à des tâches qui sont, pour l'instant, accomplies de façon plus satisfaisante par des êtres humains car elles demandent des processus mentaux de haut niveau tels que : l'apprentissage perceptuel, l'organisation de la mémoire et le raisonnement critique". Par extension, l'IA est une discipline scientifique recouvrant les méthodes et l'ingénierie de fabrication de machines et programmes dits intelligents. L'objectif de l'IA est de produire des machines autonomes capables d'accomplir des tâches complexes en utilisant des processus réflectifs semblables à ceux des humains.
L’intelligence artificielle désigne principalement dans le débat public contemporain une nouvelle classe d’algorithmes, paramétrés à partir de techniques dites d’apprentissage : les instructions à exécuter ne sont plus programmées explicitement par un développeur humain, elles sont en fait générées par la machine elle-même, qui « apprend » à partir des données qui lui sont fournies. Ces algorithmes d’apprentissage peuvent accomplir des tâches dont sont incapables les algorithmes classiques (reconnaître un objet donné sur de très vastes corpus d’images, par exemple). En revanche, leur logique sous-jacente reste incompréhensible et opaque y compris à ceux qui les construisent.
-Intelligence artificielle- Intelligence artificielle
Intelligence artificielleEnsemble des techniques et des applications qui permettent de créer une machine capable d’imiter de manière autonome, l’intelligence humaine.-Intelligence artificielle- Intelligence artificielle
Intelligence Artificielle Distribuée (IAD)Branche de l'intelligence artificielle dont le but est de créer des systèmes décentralisés, généralement multi-agents, capables de coopérer et de se coordonner. L'intelligence artificielle distribuée étudie les techniques permettant à des agents autonomes d'interagir, et les moyens de répartir un problème entre ces agents. Ces techniques sont inspirées des structures complexes de certaines sociétés d'insectes comme les fourmis. Un des domaines d'application de l'IAD est la coordination d'agents autonomes mobiles (comme les avions ou les voitures) - qui doivent apprendre à s'éviter tout en ayant des contraintes de trajet et de temps.Intelligence artificielle
Intelligence artificielle faibleFait référence au fonctionnement d'un système qui simule un comportement intelligent dans un domaine restreint.Intelligence artificielle
Intelligence artificielle forteC'est l'aptitude d'une machine capable non seulement de reproduire les capacités de réflexion et d'interaction intelligentes (analyse, raisonnement, action rationnelle), mais aussi d'avoir une "conscience", des "sentiments" et la compréhension de ses propres raisonnements. Sujet de polémique, l'IA forte suppose, selon ses détracteurs, que la machine "pense" savoir ce qu'elle "ressent" et connaisse ce qu'elle ressent. En somme qu'elle soit douée de conscience, ce qui est, disent-ils, inaccessible à un système, quelle que soit sa complexité. Certains définissent l'IA forte par la capacité de résoudre des problèmes complexes dans n'importe quel environnement avec un niveau égal ou supérieur à l'intelligence humaine.Intelligence artificielle
InteractiveSe dit d'une simulation constructive lorsqu'on ne peut modifier son comportement ou ses données en ligne par des interruptions de son déroulement (contraire : simulation fermée; synonyme : simulation ouverte). La simulation pilotée est une simulation ouverte mais pas avec une interaction continue d'un ou plusieurs opérateurs, mais on parle plutôt de "virtuel" que de "constructif" dans ce cas.Simulation
InterdomaineActuellement 16 domaines sont définis : Aéroporté, Amphibie, Actions sur les perceptions et l’environnement opérationnel (APEO), Appui aérien, Ciblage, Contre-terrorisme maritime (CTM), Défense surface-air (DSA), Composante forces spéciales, Fonction interarmées du renseignement (FIR), GHOM, Guerre électronique (GE), Munitions et explosifs (MUNEX), Défense NRBC, Défense et sécurité (nouvelle appellation de « protection des infrastructures militaires (PIM) »), Recherche et sauvetage au combat (RESCO), Soutien des engagements opérationnels.Militaire
Interface control documentAn interface control document (ICD) in systems engineering and software engineering, provides a record of all interface information (such as drawings, diagrams, tables, and textual information) generated for a project.The underlying interface documents provide the details and describe the interface or interfaces between subsystems or to a system or subsystem.Systémique
Internet des objetsLe terme « Internet des Objets » (IoT) a succédé à celui de « Machine to Machine » (ou M2M) pour désigner un marché en pleine croissance, qui promet de connecter à Internet vos objets du quotidien. L'innovation technologique - des capteurs communicants peu couteux et peu gourmands en énergie - a été connue du grand public grâce aux « wearables » : montre, semelle ou encore lunettes connectées. Ces termes en vogue sont donc, en réalité, au coeur d'une nouvelle évolution numérique. En 2020, le nombre d'objets connectés devrait être multiplié par 5 par rapport à 2015 et dépasser les 25 milliards. Par ailleurs, l'IoT contribuerait également à doubler la taille de l'univers numérique tous les deux ans, lequel pourrait représenter 44 000 milliards de gigaoctets en 2020, soit 10 fois plus qu'en 2013. Cette évolution (ou révolution) est rendue possible car le maillon principal de la chaîne (à savoir les réseaux de communication) devient opérationnel. Les réseaux et les technologies radios associées (réseau SIGFOX, protocole LORA, les technologies Bluetooth 4.0 ou DASH7,?) offrent aujourd'hui une réponse très efficace et fiable aux besoins spécifiques de communication des objets connectés grâce à un remarquable compromis débit/portée et avec d'excellentes performances de gestion d'énergie. L'émergence d'opérateurs et de réseaux facilite ainsi la mise en oeuvre et le déploiement de solutions adaptées à différents services. La France, dans cette nouvelle ère numérique qui commence, dispose de nombreux atouts : start-ups, pôles de compétitivité, opérateurs de niveau international, plan « objets connectés », label FrenchTech, etc. L'IdO a par ailleurs été classé comme principale priorité de la transformation numérique de l'économie européenne.
Pour la Défense, les technologies innovantes qui apparaissent avec l'IoT pourraient permettre d'augmenter de façon exponentielle le nombre d'objets connectés sur les théâtres d'opération. Ces objets en recueillant passivement et activement l'information à des fins diverses peuvent constituer un point d'inflexion dans la conduite des opérations. Si une avancée technologique ne constitue pas en soi une avancée militaire, la rencontre d'une possibilité technique et d'un concept d'emploi pertinent peut être décisive. Dans le cas de l'IoT, c'est donc la rencontre de ces deux éléments, généralement d'abord technologiques (les réseaux et technologies radios accessibles qui offrent une réponse très efficace et fiable aux besoins spécifiques de communication des objets connectés), puis seulement ensuite militaires (qui exploitent les possibilités ouvertes par cette technologie), qui peut donner naissance à une rupture. Ces technologies innovantes qui apparaissent avec l'IoT doivent être utilisées par la Défense afin de maîtriser l'information et d'accélérer encore le renseignement et le tempo des opérations.
Big data
InteropérabilitéCapacité d'une simulation (ou d'un modèle) à fournir et à accepter des services d'autres simulations et à utiliser les services ainsi échangés pour leur permettre de fonctionner effectivement ensemble-Standardisation- -HLA- Simulation
Interopérabilité> Niveau politique : Des visions partagées et des stratégies convergentes favorisent les échanges entre parties prenantes. > Niveau juridique : Les échanges doivent se conformer : o au cadre légal dont dépendent les parties prenantes (droit national et international, propriété intellectuelle, confidentialité, etc.) ; o aux accords contractuels établis entre parties prenantes (modalités de l'échange, niveaux de services, etc.). > Niveau organisationnel : L'interopérabilité organisationnelle est liée aux organisations et aux moyens mis en oeuvre pour favoriser les échanges. En termes d'organisation, il s'agit par exemple de définir les rôles et les responsabilités des personnes au sein de leur entité qui prennent part à l'échange. En termes de moyens, il s'agit de mettre en place les ressources, notamment informatiques, qui vont sous-tendre les échanges. > Niveau sémantique : La sémantique recouvre à la fois la signification des mots et le rapport entre le sens des mots (homonymie, synonymie, etc.). Le sens des mots varie selon les organisations, les métiers, les acteurs et les contextes. Toute collaboration entre entités demande une communication, au sens échanges d'informations. Pour cela, ces entités s'entendent sur la signification des données qu'elles échangent. > Niveau syntaxique : La syntaxe traduit le sens en symboles. Il y a entre la sémantique et la syntaxe le même rapport qu'entre le fond et la forme. > Niveau technique : Le niveau technique véhicule les informations définies au niveau sémantique et mises en forme au niveau syntaxique.Systémique
InteropérabilitéL'interopérabilité est la possibilité pour différents systèmes de communiquer entre eux sans dépendre d'un acteur particulier. Elle repose sur la présence d'un standard ouvert.Systémique
InteroperabilityThe ability of a model or simulation to provide services to and accept services from other models and simulations. Typical services include the ability to generate or respond to simulated events or activities, such as the firing of a weapon or a change in vehicle motion.Simulation
ISTL'informatique scientifique et technique comprend : les matériels et logiciels intrinsèques aux systèmes d'armes ; les systèmes d'information nécessaires aux évaluations et essais de systèmes d'armes ainsi qu'à la recherche et aux études amont ; les systèmes d'information nécessaires aux études, à la réalisation et à la maintenance liées à la production industrielle.-Standardisation- -GDL- -GFL- -LVC- Simulation
Copyright © 2018-12-30 AFSim | TARDUS v7.4
52 membres dont 15 organismes ou sociétés